publicité
AFRIQUE : les dirigeants donnent la priorité aux politiques de soutien…

AFRIQUE : les dirigeants donnent la priorité aux politiques de soutien…

28
0

Lors du pré-sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires à Rome, des dirigeants de toute l’Afrique ont appelé les pays à transformer les systèmes alimentaires en donnant la priorité aux femmes et aux jeunes. 

 » Tout ce que nous faisons doit toujours inclure ceux qui sont au centre de nos systèmes alimentaires : les petits exploitants agricoles, les peuples autochtones et surtout les femmes et les jeunes « , a déclaré la vice-secrétaire générale des Nations Unies, Amina J. Mohammed, lors de son discours de clôture. « Tout comme la nourriture nous rassemble en tant que cultures et communautés, elle peut nous rassembler autour de solutions. Mais ce qui est clair, c’est qu’il n’y a pas une solution unique. Notre diversité est notre force et reflète la complexité de notre monde. » 

Le président rwandais Paul Kagame a donné le ton après avoir appelé à une augmentation des investissements pour que les agricultrices africaines puissent accéder aux ressources productives dont elles ont besoin. Il a également annoncé une position commune pour l’Afrique, alignée sur l’Agenda 2063 du continent et les objectifs de développement durable, qui repose sur cinq actions clés, notamment des politiques alimentaires centrées sur la nutrition, le soutien des marchés locaux et des chaînes d’approvisionnement alimentaire, ainsi que l’augmentation du financement de l’agriculture et l’élargissement des programmes de protection sociale. 

Les femmes représentent environ 40 % de la main-d’œuvre agricole dans les pays en développement, notamment dans de nombreux pays d’Afrique, mais elles possèdent souvent moins de terres et ont moins accès aux ressources et aux services financiers que les hommes. 

« C’est l’une des questions clés auxquelles nous devons nous attaquer : comment soutenir les petites exploitations agricoles féminines, comment s’assurer qu’elles disposent réellement des ressources productives dont elles ont besoin pour transformer les systèmes alimentaires, comment s’assurer qu’elles ont réellement le droit à la terre qu’elles cultivent », a déclaré le Dr Jemimah Njuki, directrice pour l’Afrique à l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, qui a dirigé les travaux sur le levier de changement du Sommet en matière de genre. 

S’exprimant lors de la session de pré-sommet « Actions audacieuses pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes dans les systèmes alimentaires », Thoko Didiza, ministre de l’agriculture, de la réforme agraire et du développement rural en Afrique du Sud, a déclaré : « Ce sommet aborde la question cruciale de l’inclusion des femmes dans l’économie au niveau mondial. » Elle a ajouté qu' »une intervention essentielle dans le cadre de la campagne en faveur de la diversité des sexes consiste à accroître l’accès des femmes à la terre. » 

Sabrina Dhowre Elba, ambassadrice de bonne volonté des Nations unies pour le Fonds international de développement agricole (FIDA), a également fait écho à ces sentiments en expliquant : « Il y a 1,7 milliard de femmes et de filles rurales dans le monde – plus d’un cinquième de l’humanité. Il est inacceptable qu’elles représentent près de la moitié de la main-d’œuvre agricole et qu’elles soient pourtant plus susceptibles que les hommes de vivre dans la pauvreté et la faim. » 

La jeunesse était également une priorité pour de nombreuses nations africaines, car le continent est confronté à un défi démographique majeur : d’ici 2050, sa population devrait doubler, passant d’un milliard à près de 2,4 milliards d’habitants, et plus de la moitié de la population aura moins de 25 ans. 

Hailemariam Desalegn, ancien ministre éthiopien, a déclaré : « Nous avons besoin des jeunes pour innover et c’est un moment opportun pour nos jeunes étant donné les structures démographiques que nous avons dans le monde et surtout en Afrique où les jeunes représentent 70% de la population. Il n’y a rien de tel que la transformation des systèmes alimentaires sans mettre les jeunes au centre du processus. » 

Les jeunes leaders ont également été fortement représentés et se sont fait entendre lors du pré-sommet.  « Tout au long de l’année, les jeunes ont apporté une contribution exceptionnelle au processus du Sommet sur les systèmes alimentaires », a déclaré Victor Mugo, jeune leader du Kenya. Les jeunes ont pris les devants et démontrent que nous ne sommes pas les leaders de demain, mais ceux d’aujourd’hui ». 

Moussa Balde, ministre de l’agriculture et de l’équipement rural du Sénégal, a souligné le défi que représente le renforcement de la résilience face à l’impact du changement climatique : « Nous pensons que nous devons promouvoir la résilience des populations et des communautés. Nous devons promouvoir des stratégies d’atténuation et d’adaptation en matière de changement climatique. Nous devons disposer de systèmes de production innovants. » 

 

APO Group pour GCO