Le technicien belge Paul Put a été élu nouveau coach de l’équipe guinéenne, en remplacement du Kanfory Lappé Bangoura, vendredi dernier  au siège de la FéGuiFoot, la Fédération Guinéenne et Football. Ils étaient 86 à concourir à ce poste stratégique d’entraineur du Syli national. 

A cet effet, le président de la FEGUIFOOT, Mamadou Antonio Souaré au cours d’une conférence de tenue le week-end dernier dans les locaux de la première instance du football guinéen, a expliqué les raisons qui ont prévalu le choix du belge à la tête du Syli national.

Dans son explication, Antonio Souaré a précisé que le choix  du technicien belge n’est pas fortuit  parce que, selon lui, « Il fallait quelqu’un qui, au minimum, soit allé en finale ou demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations. Ou qui ait au minimum participé à la Coupe du monde ou aux barrages pour la Coupe du monde….(…) Voyant le parcours de Paul Put  dans le monde du football africain et nos exigences de sélectionneur pour le Syli National, la tache était vraiment ardue ». Et de marteler en se justifiant« Quand vous voulez devenir grand, il faut choisir de grandes personnes !»

Le son principal objectif assigné au nouvel entraîneur est de qualifier le Syli national à la phase finale de la 32 ème édition de la Coupe d’ Afrique des nations (CAN 2019) au Cameroun.

 Parcours du nouveau sélectionneur du Syli national de Guinée :

Après avoir entraîné de nombreux clubs belges (de 1988 à 2006) Paul Put, a atterri en Gambie (2008-2011), avant de conduire l’équipe du Burkina Faso en finale de la CAN 2013 (défaite 1-0 face au Nigeria) et en barrages d’accès au Mondial 2014 (face à l’Algérie).

Après une CAN 2015 ratée avec les « Etalons », Paul Put s’était offert un intermède en Jordanie (2015-2016) avant de revenir en Afrique, au club USM Alger (2016-2017), puis à la tête du Kenya (2017-2018).

Léon KOLIE pour GCO

GCO Copyright © GuineeConakry.online

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein air

Antonio Souaré et Paul Put à Dubréka.