Les marques chinoises se sont regroupées au sein d’une alliance qui proposera de distribuer les applications des développeurs. Elles représentent à elles seules plus de 40 % du marché des smartphones dans le monde.

Les constructeurs chinois allient leurs forces. Face au bannissement de l’accès de Huawei aux services Google, la marque se joint à Xiaomi, Oppo et Vivo pour créer une boutique d’applications commune. Un moyen pour eux de multiplier leurs chances de constituer une solution alternative sur Android au Play Store en quasi situation de monopole.

Les quatre sociétés se sont regroupées au sein de la Global Developer Service Alliance (GDSA). Cette plate-forme sera amenée à proposer aux développeurs la distribution d’applications, de jeux, de musique ou de films. D’après Reuters, un prototype du site indique qu’elle couvrira neuf régions, dont l’Inde, la Russie et l’Indonésie.

A chaque marque sa région du monde

Chaque marque est bien implantée dans une région précise du monde : Xiaomi en Inde, Vivo et Oppo dans le Sud-Est asiatique et Huawei en Europe. Aucune des marques n’a toutefois accepté de confirmer les informations de l’agence de presse.

Une telle alliance pèserait en tout cas très lourd puisque les quatre entreprises représentaient 40,1 % du marché du smartphone au quatrième trimestre 2019, d’après le cabinet IDC. Oppo et Vivo appartiennent d’ailleurs à la même maison mère BBK (qui possède aussi OnePlus et Realme).

Ce store ne serait disponible qu’en dehors de la Chine – où la boutique de Google est d’ailleurs interdite – et permettrait à un large panel de développeurs de profiter d’une alternative au Play Store. Reste maintenant à connaître les conditions d’accès à la boutique. Elle pourrait notamment concurrencer celle du géant américain sur le pourcentage de la commission prélevée sur les ventes.

Source : Reuters

LEAVE A REPLY