Le premier ministre indien Narendra Modi a rappelé que l’actuel partenariat indo-africain comprend la mise en œuvre de 180 lignes de crédit, équivalant à 11 milliards USD, dans plus de 40 pays africains, et de 600 millions USD en subventions

L’inde fête aujourd’hui ses 71 ans d’indépendance. En 1947, le parlement britannique vota l’India Independence Act, qui donna au pays la liberté de se prononcer sur son propre avenir. Avec l’indépendance, les liens entre l’Afrique et l’Inde se sont encore consolidés, à l’heure où les pays africains et l’Inde se sont extraits du pouvoir colonial, avec la détermination de développer leurs régions grâce à un partenariat réciproque. L’Inde est ainsi devenue un partenaire de confiance en Afrique.

Lors d’une récente visite en Ouganda, le premier ministre indien Narendra Modi a rappelé que l’actuel partenariat indo-africain comprend la mise en œuvre de 180 lignes de crédit, équivalant à 11 milliards USD, dans plus de 40 pays africains, et de 600 millions USD en subventions.

Aujourd’hui, le commerce de l’Inde avec l’Afrique dépasse les 62 milliards USD, et des projets sont en place pour accroître ce volume. L’Inde a adopté une approche à long terme pour son engagement vis-à-vis des pays africains, en prenant part aux institutions existantes afin d’encourager la volonté du continent à se construire de l’intérieur. Cette approche se reflète notamment à travers de la récente décision du gouvernement indien d’investir 10 millions USD dans l’Agence pour l’Assurance du Commerce en Afrique (ACA).

Cette participation fait de l’Inde le premier gouvernement non-africain à devenir membre de l’assureur panafricain d’investissements et de crédits multilatéraux, avec l’objectif affiché de stimuler le commerce entre l’Inde et l’Afrique.

L’Export Credit Guarantee Corporation of India (ECGC) représentera la participation actionnariale du gouvernement dans l’ACA. D’après les résultats les plus récents de l’ECGC, ses expositions totales s’élèvent à 99 milliards USD, et la société assure 32% des exportations indiennes. L’ECGC évolue en Afrique depuis les années 60 et projette d’approfondir ses engagements en Afrique.

« L’adhésion de l’Inde à l’ACA est une avancée majeure pour une entente harmonieuse entre les deux régions présentant la plus forte croissance au niveau mondial. Nous sommes fiers d’être le premier actionnaire de l’ACA en dehors des Etats africains. Ce partenariat donnera non seulement un nouvel élan au commerce bilatéral, mais il contribuera également au développement de projets et optimisera les capacités et les compétences », remarque Geetha Muralidhar, présidente du conseil et directrice générale.

Le partenariat devrait aider l’ECGC à tirer parti de sa capacité en vue de promouvoir des volumes encore plus substantiels d’exportations indiennes vers l’Afrique. Pour l’ACA, cet investissement indien lui permet d’apporter une capacité faisant cruellement défaut sur le continent.

Les prêteurs sont soumis à des réglementations qui les empêchent de prêter des sommes importantes aux Etats souverains sollicitant des investissements secondaires, ce qui est le cas de la plupart des pays africains. Les institutions telles que l’ACA capables d’offrir une assurance d’investissement peuvent aider à atténuer les risques, et donc apporter des capacités de prêts et d’investissements supplémentaires aux marchés africains.

« Nous sommes ravis d’accueillir le gouvernement de l’Inde au sein de la famille ACA. Cette initiative historique est également importante car elle met en avant les possibilités de coopération sud-sud et de partenariats entre des régions en développement, en s’appuyant sur des synergies naturelles pour concrétiser les objectifs de développement de chacun », déclare George Otieno, chef de la direction de l’ACA.

Source  : APO Group pour African Trade Insurance Agency (ATI)/GCO

LEAVE A REPLY