Suite au décès de l’ancien chef de l’État français, Jacques Chirac, le jeudi 26 septembre 2019, en matinée, les dirigeants africains n’ont pas tardé de lui rendre hommage. C’est le cas du président de la République du Congo, Denis Sassou-N’Guesso qui s’incline devant la mémoire de celui qui était pour lui un ami personnel, un ami du Congo et de l’Afrique.

 

Le chef de l’État congolais a été le premier dirigeant africain à réagir à la nouvelle sur la disparition de Jacques Chirac. Une double réaction à travers Radio France internationale (RFI) et une lettre de condoléances à son homologue français, Emmanuel Macron.

 Sur RFI, Denis Sassou-N’Guesso s’est dit bouleversé, évoquant avec tristesse, le souvenir qu’il garde de celui qu’il considère comme un ami : « Je suis vraiment bouleversé par la nouvelle et je dois aussi dire que Jacques Chirac, c’était un ami personnel, un ami du Congo et de l’Afrique. Je garderai le souvenir de lui de ma visite d’État à Paris en pleine cohabitation Mitterrand-Chirac. Et j’ai pu voir à cette occasion-là que c’était une forte personnalité », a-t-il déclaré. Selon le chef de l’État congolais, Jacques Chirac a ouvert « la France aux relations pas seulement à ce qu’on a appelé le pré-carré, mais à toute l’Afrique ».Miniature de pièce jointe

Très ému et consterné par la disparition de l’ancien homme d’État français, Denis Sassou-N’Guesso a aussi exprimé sa consternation et sa douleur à travers une lettre de condoléances adressée au président Emmanuel Macron. « C’est avec une grande consternation et une vive émotion que j’ai appris le décès de Jacques Chirac, figure emblématique de la vie politique française, pendant plus d ‘un demis siècle », a-t-il écrit.

Saisissant cette circonstance douloureuse, le chef de l’État congolais s’est incliné devant la mémoire de l’illustre disparue, avant d’adresser, au nom du peuple et du gouvernement congolais, ses condoléances les plus attristées à son homologue français, au peuple ami de France et à la famille endeuillée.

Miniature de pièce jointe

Dans sa lettre, Denis Sassou-N’Guesso a aussi évoqué les souvenirs qu’il garde de Jacques Chirac, notamment leurs rencontres et leurs échanges qui ont toujours cristallisé les liens de proximité et de fraternité personnelle. « Je trouverai, face à cette perte immense, le réconfort dans le devoir de magnifier l’esprit de combat de cet homme de défis qui nous quitte et la chaleur à jamais vivante d’une amitié éternelle » a martelé le chef de l’État congolais. Il a, du reste, annoncé son intention de participer aux obsèques du président Jacques Chirac.

Mort à l’âge de 86 ans, Jacques Chirac a présidé aux destinées de la France de 1995 à 2007.

Miniature de pièce jointeMiniature de pièce jointe

LEAVE A REPLY