Dans le cadre de sa démission du poste de Haut Représentant du Chef de l’Etat mardi dernier, le leader de l’Union des Forces Républicaines (UFR), Sidya Touré  a tenu ce mercredi, 12 décembre 2018, une conférence de presse à la maison de la presse.

Au cours de ce rendez-vous médiatique, il a été ovationné par ses militants dans la salle de conférence, avant même que le président de l’UFR,qu’il est aussi, n’explique aux hommes de média, de fond en comble, les raisons de sa démission du rang de très proche collaborateur du Chef de l’Etat.

Le conférencier Touré a déclaré: « J’ai  démissionné tout simplement parce qu’il était temps ! »

« En près de trois ans, je me suis aperçu depuis un certain temps bien sûr que je n’arrivais pas à influer sur la marche des choses. Et comme tout cela ne va pas très bien notamment dans les domaines économiques qui m’étaient chers, j’ai pensé qu’il valait mieux ne pas continuer l’expérience », a précisé l’ex-allié du président Alpha Condé.

Sidya Touré a également dit qu’en sortant des élections présidentielles de 2015 qui étaient des élections extrêmement contestées, il s’est aperçu de l’état de délabrement dans lequel son  pays se trouvait: « J’avais le choix, continuer de contester ou peut-être de manière gracieuse, sans budget, sans salaire, apporter mon expérience à ce que les choses aillent mieux. C’est vraiment la raison pour laquelle j’ai accepté ce poste. Et dans ce domaine au niveau de l’agriculture, au niveau de la santé et de l’éducation, au niveau de l’électricité, nous avons tenté de monter des dossiers, de travailler là-dessus et honnêtement rien n’a abouti. Je me suis rendu compte que cette gouvernance-là ne pouvait pas nous permettre d’avancer dans le sens que je souhaitais », a laissé entendre. L’ex Haut  Représentant du Chef de l’Etat.

Evoquant le cas des tensions politico-sociales  qui sévissent depuis un moment dans le pays , le leader de l’UFR , Sidya Touré a noté  que « Bien sûr parce que nous avons connu des élections encore plus contestées lors des communales qui ont eu lieu depuis le 4 février. Nous sommes le 12 octobre aujourd’hui, nous n’avons toujours pas fini de mettre en place les exécutifs communaux, c’est vous dire à quel point cela se fait à la carte selon le bon vouloir du pouvoir ».

« Et partout, nous avons eu non seulement des contestations, mais parfois des affrontements. Beaucoup de nos militants ont été mis en prison et je ne vois pas pourquoi on aurait pu continuer à faire semblant de cautionner cela. Je ne fais pas partie du gouvernement. Je n’ai pas souhaité y envoyer des gens de mon parti. Et comme je n’ai pas non plus réussi à inverser disons ces faits que je viens de vous dire et bien cela ne me semblait pas normal de continuer cette expérience-là », a précisé mentionné Sidya Touré..

Lui demandant, s’il y avait annoncé sa décision au président Alpha Condé, l’ex-premier ministre du général Lansana Conté a répondu que «bien sûr que je lui ai envoyé une lettre bien motivée pour lui expliquer les raisons, mais depuis un certain temps nous n’étions absolument pas en accord sur des sujets encore plus nombreux. En sortant de ces élections, nous avons vraiment eu une fraude, mais alors à des niveaux insoupçonnés, mais l’idée qu’on ne puisse même pas se mettre d’accord pour mettre en place les mairies depuis dix mois cela me semble tout simplement inadmissible ».

GCO Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY