Malgré l’intervention du patriarche de la Basse Côte pour une sortie de crise le week-end dernier, au siège du SLECG, le secrétaire général du Syndicat des Enseignants Libres et Chercheurs de Guinée, Aboubacar Soumah tient toujours tête au premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, qui ne veut faire face à aucune augmentation de salaire des enseignants. 

Le numéro un du SLECG, Aboubacar Soumah a estimé  que les écoles privées fonctionnent par endroits pendant que les établissements publics restent paralysés par la grève. « Mais , 50% des enseignants du privé sont les titulaires des écoles publiques. Je leur demande de cesser de donner des cours dans les écoles privées. Qu’ils arrêtent les cours! », a-t-il dit .

« Aucun enseignant titulaire des écoles publiques ne doit donner des cours dans les écoles privées. Nous sommes en grève. Essayons de resserrer les rangs et serrer la ceinture pour régler notre situation »,  a lancé, Aboubacar Soumah  à l’endroit de ses homologues à qui il rappelle le sens du combat que mène le SLECG.

Il a ensuite dit qu’ils veulent la qualification de l’enseignement guinéen, mais les autorités guinéennes n’accordent aucune importance à l’éducation. «Dans la sous-région, nous avons le plus faible budget alloué à l’éducation », a-t-il soutenu, accusant les gouvernants de faire fi aux problèmes dans le système éducatif « parce qu’ils n’ont pas leurs enfants ici ».

Léon KOLIE pour GCO

GCO Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY