Les conditions de désignation des membres de la commission préparatoire de la conférence  de réconciliation inter-libyenne inclusive ont figuré au menu de la réunion inaugurale du groupe de contact de l’Union Africaine sur la Libye, qui s’est tenue ce jeudi 12 mars non loin de la ville d’Oyo, sous le patronage du chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’Guesso qui préside également le comité de haut niveau de l’U.A sur cette crise.

 Cette réunion a été initiée par Denis Sassou-N’Guesso, président du comité de haut niveau de l’UA sur la Libye. Se tenant dans un contexte particulier marqué  par la démission de l’envoyé spécial des Nations-Unies sur la Libye, Ghassan Salami, cette réunion s’est fixé pour objectif de créer les conditions de désignation de la commission préparatoire de la conférence inter-libyenne inclusive, conformément à la feuille de route adoptée par le comité de haut niveau de l’UA, lors de son 8ème sommet, tenu à Brazzaville, le 30 janvier dernier.

Le comité de haut niveau avait, à la fin de cette réunion, fixé la composition de la commission préparatoire du forum, le calendrier de ses réunions. Le budget de cette conférence et les participants ont figuré également à l’ordre du jour de la réunion du groupe de contact de l’Union africaine sur la Libye.

Miniature de pièce jointeLes allocutions prononcées à l’ouverture des travaux, les sept discours prononcés ont, tous, relevé que la solution politique est la seule pouvant conduire la Libye à une paix durable.

Cette solution, ont-ils souligné, n’est possible que si les libyens eux-mêmes s’impliquent dans le processus de recherche de la paix dans la leur pays. C’est pourquoi les dirigeants africains et la représentante spéciale du secrétaire général des nations unies, Maria Luiza Ribeiro Viotti ont invité les Libyens à penser à leur pays pour mettre un terme à la « descente aux enfers ». Le peuple libyen devrait s’approprier son propre destin pour créer les conditions propices à une  paix durable et définitive en Libye », ont-ils insisté. Les différents intervenants ont, surtout, dénoncé l’ingérence des puissances étrangère dans le conflit libyen.

 Ouvrant les travaux, le président Denis Sassou-N’Guesso a appelé à une « composition équitable » de la commission préparatoire du dialogue inter-libyens. Pour lui, « chaque acteur concerné, y compris les chefs des tribus et des villes, les femmes et les jeunes, devant se reconnaître dans cet organe, levier incontestable de la renaissance libyenne. »

Cette réunion s’est tenue en présence de trois chefs d’Etat, le sud-africain, Cyril Ramaphosa, le tchadien, Idriss Debi Itno et le congolais, Denis Sassou-N’Guesso. Le secrétaire général des Nations Unies a été représenté par sa cheffe de cabinet, Mme Maria Luiza Ribeiro Viotti. Le président de la Commission de l’UA était à ce rendez-vous, alors que l’Algérie a été représentée par son premier ministre, Abdelaziz Djerad. La voix de l’Egypte a été portée à cette réunion par le conseiller spécial du président Al Sissi, Sedki Sobhi.

Au terme de la cérémonie d’ouverture, les chefs d’Etat et de gouvernement ainsi que les représentants des chefs d’Etat ont poursuivi les travaux à huis clos.

MIATOLOKA Boryce Agapyth pour GCO

Correspondant particulier de GCO pour le Congo

Copyright © GCO-GuineeConakry.Online 

LEAVE A REPLY