Suite au protocole d’accord ou le procès-verbal selon les partisans du SLECG signé entre le gouvernement et les centrales syndicales de l’éducation, les primes d’incitation ont commencé  à être payées aux enseignants.
Dans la préfecture de Fria, c’est le mercredi 19 février 2020, qu’une mission mixte constituée  des délégués du ministère de l’éducation nationale, de la fonction publique et du syndicat de l’éducation, a déposé  ses valises à la Direction préfectorale de l’éducation.
C’est les différentes écoles qui ont servies de cadre de payement  à la mission qui a désintéressées tous les enseignants en situation de classe.
À Hadja M’Mah par exemple, c’est dans la salle des professeurs que  s’est déroulée l’opération. Le tout c’est  passé sous la supervision de la direction préfectorale de l’éducation. Chaque  professeur a reçu 750.000 fg des mains du chargé des affaires administratives de la  DPE.
Après être entré en possession de sa prime, un professeur de mathématiques que nous avons rencontré ce jeudi matin, n’a pas caché sa satisfaction.
<< J’ai reçu 750.000 Gnf. Mais mon souhait est que cela soit sur mon salaire. Ce traitement qu’on nous inflige en nous payant comme des manœuvres n’est pas descent. >> a déclaré Fodé Moussa Camara.
En cette deuxième journée la stupéfaction a été du côté du lycée Cabral où sur plus de 28 chargés de cours seule une dizaine  de professeur a été payée.
《C’est une foutaise ! Comment ils peuvent nous raconter des bêtises juste parce qu’ils ont la main sur cette situation. Mais demain si on nous paye pas il n’y aura pas de travail dans ce lycée.》 Promet un enseignant remonté contre la DPE.
À  rappeler que cette prime s’élève à 450.000 fg pour Conakry, 600.000 Gnf pour les régions, 750 000 Gnf pour les préfectures, 1 000 000 pour les sous-préfectures et les districts et villages à 1.300.000 Gnf, pour encourager les enseignants à œuvrer dans la qualification du système éducatif.
Copyright © GCO-GuineeConakry.Online 

LEAVE A REPLY