Le quotidien des Guinéens rime avec d’interminables bouchons. D’un  carrefour à un autre distant  d’une dizaine de kilomètres, on peut faire une heure et consommer beaucoup d’essence, pour rien ! Les raisons de ce désordre sont souvent dûes à une indiscipline généralisée, et les responsabilités sont partagées entre la sécurité routière et les usagers.
Bien que présents par endroit, les agents de police routière sont accusés d’être responsables des embouteillages dans la circulation. Le manque de professionnalisme de certains et les rackets manifestes sont autant de handicaps.
D’après certains usagers, il suffit de tendre un billet de 5000 Gnf ou de 10.000 Gnf, pour que les agents enfreignent la loi, empochant au passage furtivement ces billets de la corruption.
Aissata Sylla, vendeuse de fruits et légumes au carrefour Lansanaya témoigne: 《Nous, les policiers viennent faire leurs affaires ici. Ils prennent de l’argent avec les chauffeurs de camions, pour qu’ils tournent ici, mais aussi avec les taxis-maîtres qui stationnent souvent devant nous ici. Toute la pagaille, c’est les policiers qui le font. 》
Amadou Oury Diallo, à bord de son taxi à son tour pointe du doigt les agents de la police routière: 《Même si tu as tous les papiers du monde, ils te demanderont de l’argent. Et dans les embouteillages, si tu donnes de l’argent, on te donne la priorité, et tu peux t’arrêter partout, pour embarquer et débarquer. C’est tout ça qui crée la pagaille dans la circulation… 》
Les usagers sont aussi un maillon pour ne pas dire les acteurs principaux de ce désordre. Leur incivisme et le rejet de la norme saute aux yeux de tout bon citoyen doté d’une probité morale.
Alpha Koné, conducteur d’un camion fait son mea-culpa :《 Vraiment, nous les chauffeurs sommes à la base de ces difficultés. On ne respecte pas les règles de circulation ni les consignes des agents de sécurité routière. Chacun fait ce qu’il veut. Pour mettre fin à cela il faut de la rigueur et des bonnes routes.》
En attendant, la solution à ce tohu-bohu dans la circulation par la mise en oeuvre de véritables mesures, les usagers interrogés souhaitent la présence en nombre suffisant des agents de sécurité routière, pour une application avec toute la rigueur des principes qui régissent la circulation.
Ainsi, la sanction des policiers corrompus et la construction de bonnes routes et des échangeurs pour la fluidité de la circulation devraient aider tout le monde.
Pour l’heure de Kaloum à Tanènè, les bouchons sont innombrables et les usagers malheureux.
Aliou BAH pour GCO
Copyright © GCO-GuineeConakry.Online 

LEAVE A REPLY