L’utilisation du réseau social Facebook, ces dernières années par la jeunesse guinéenne, n’est pas sans conséquence … et particulièrement sur plan éducatif. La jeunesse développe à outrance le narcissisme et se livre à de véritables exhibitions. 
On y rencontre des jeunes nus et, plus grave les sextapes y foisonnent et déshonorent la gent féminine. S’inspirant de cette situation Mariama Binta Diallo, diplômée en sociologie exprime son désarroi face cette attitude ignoble. Bonne lecture !

POÈME : Bandirawô ( ma sœur)

À toi ma sœur, bandirăwô
À toi ma cousine, dēndhan
À toi mon amour, guidhô
À toi ma mère, nènan bôra
À toi ma tante, yâyè

À toi jeune fille peule ! djiwô poullô À toi femme peule, deb poullô
Je suis meurtrie, mon âme est séquestrée par les assauts verbaux de l’ennemi de ta pudeur, de ta beauté, de ton honneur, de ta dignité.

Wôta djamhou gnari hâwai !

Ne vois tu pas que ces derniers temps te salir, t’avoir dans sa vie, dans son lit, est comme un trophée de guerre pour cet imbécile qui trouve que ta nudité est différente de celle qui l’a enfanté ?

Wôta djamou guigôl bârai ! Dimoh kô tedou n’gal.

Ne vois-tu pas ces sages offensés dans leur spiritualité par ton attitude, par le droit que tu octroies par ton amour à cet homme à l’amour perfide ? Guigol è fâlai nô sédi few !

Ne vois tu pas ton futur mari, ton cousin, ton enfant, médusés par ton image vilipendée et ta dignité foulée au sol au nom de l’amour ?

Wôta djibhou djama nou ma, tâ hibou gondhi lègnol ma.

Certes une valeur humaine mais ne laisse pour aucun sentiment la dignité de ta famille, de ta lignée, de ta tribu, de ton clan, de ton ethnie être ternis par le satan déguisé en amour.

Bandirawô kô mouri lâthiol poutchou harmoudai wô lâthiol guinhô gagnô.
Ta beauté angélique, ta démarche enivrante, ta peau rayonnante, ton visage innocent sont des dons de Dieu que l’esprit du mal, du diable et de l’hypocrisie humaine agressent sans cesse dans le but de briser le cœur de ce que tu enfanteras.

Ghari  djinn nâ kô djiwô Pollô. Wakilô kadi ka tedou n’gal.

Ma sœur
Ma cousine
Ma femme
Ma tante

Tous ceux qui vont à la mosquée ne sont pas des musulmans comme tout ce qui brille n’est pas de l’or. Tous les hommes sont en apparence du même genre mais au sein du même genre ; il y’a les humains et il y’a le Satan.

Gorgô si allâ nédi kô sèytanai, haraï kô yâ rênô.

Ne laisse jamais le satan entré dans ta vie, ne l’accorde même la salutation car il ne le mérite pas.

Tu lui donnes ton amour, sur les réseaux sociaux, il affirme l’avoir acheté pour dire que tu transgresses les valeurs de ta famille, de ton ethnie, de ton clan, de ta tribu … Tâ djabou guigol dougoulah, barai kô barai !

Éloignez – vous de Satan et du diable en personne
Il dit être capable avec le matériel foulé ton honneur à terre comme dans les sextapes on voit ton pagne, ta ceinture puis ton pantalon tombé à terre.

Est-ce vrai que tu ne résistes pas à l’argent ?

Bandirabhê guigol wonâ kô yèyètai mô yèyï kô tchiaggâ.

Tu conservais ta virginité aussi longtemps que tu ne trouvais pas un mari. Alors conserve aussi longtemps que tu vis ta dignité et ton honneur.

Tédinain tedou n’gal, tédinain lègnol min gol. Yiltin djikou min an din kâ natin fii wôta in faytou yaltirgal.
Assalamaley – koun

 

La plume de Mariama Binta Diallo

GCO Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY