18 décembre 2019. C’est le 42 ème anniversaire du triplé du Hafia FC de Conakry. Jamais avant, une équipe de football n’avait réussi cet cet exploit. Un an après ce trophée, Hafia FC de Conakry jouait sa cinquième finale continentale, un autre exploit à son actif. Au delà de l’aspect sportif, Hafia a conféré d’autres dimensions à son parcours. Avec le TP Mazembe, l’Ashanti Kotoko de Kumasi et l’ASEC d’Abidjan, il a été le club qui a drainé plus de foules sur le continent. A la différence des autres clubs, des Chefs d’État et des hommes publics se déplaçaient pour voir jouer Chérif Souleymane et ses camarades.

Au moment de la radicalisation de la Révolution, où la Guinée était strictement fermée sur elle, les Guinéens doivent l’ouverture du régime au Hafia FC. Une overture de fait, avec les spectateurs Libériens et Sierra léonais qui profitaient des matchs de Hafia pour innonder le pays de marchandises, notamment des véhicules de marque japonaise à partir de 1975. Une ouverture de droit, donc officielle, avec l’opportunité saisie par le Président Sékou Touré qui, le lendemain du triplé, a invité la jeunesse Guinéenne à se réconcilier sans délai avec ses homologues du Sénégal et de la Côte d’Ivoire.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein airTrois mois plus tard, en mars 1978, Sékou Touré et les Chefs d’État de ces pays se rencontraient à Monrovia pour se réconcilier définitivement. C’est le début de l’ouverture de la Guinée sur l’extérieur. Sékou Touré qui a dû en souffrir, a profité du triplé du Hafia pour sortir de l’orgueil révolutionnaire. Depuis, Sékou Touré est présent à tous les sommets de l’OUA, de la CEDEAO et de l’OCI. Une présence toujours remarquée par sa participation active aux débats. Décidément, l’homme était lassé de son repli nationaliste et identitaire. Il devrait lui aussi, dire Merci au Hafia. Autre chose qu’il faut savoir. Comme le TP Mazembé du Zaire, Hafia était un instrument de l’obsession de grandeur du Chef d’État Guinéen.

L’image contient peut-être : 3 personnesMobutu, Sékou Touré et d’autres Chefs d’État rêvaient de voir un club de leurs pays remporter 3 fois le trophée qui portait le nom de l’illustre Kwamé N’krumah. Une nouvelle coupe sera alors offerte par l’heureux Chef d’État, comme c’était de principe à époque. C’est la raison du renforcement du Hafia de Conakry 2 en 1971 par certains éléments du Kaloum Star de Conakry 1, du Gangan de Kindia et de l’équipe espoir fraîchement rentrée de la Roumanie.

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout et plein airÀ partir de la saison 1972, Hafia FC de Conakry devient un ouragan en Afrique. L’ancien Président Algérien Houari Boumediene en sait quelque chose. Lui que Bernard Sylla, le gardien du Hafia a fait quitter la tribune du complexe sportif de Cheraga, un soir de décembre 1976 à Alger. Par sa volonté de perpétuer le panafricanisme et d’hériter le leadership de N’krumah, Sékou Touré voulait absolument qu’une nouvelle coupe Afrique des clubs champions porta son nom. Il fallait faire vite avec Hafia, car Mobutu et son TP Mazembé étaient si proches de l’exploit…

Hafia Football club Conakry, au delà du sport, c’était d’autres dimensions à la fois politiques, économiques, culturelles et sociétales que les joueurs et le public ignoraient. Merci à vous, CHAMPIONS. Une pieuse pensée à ceux qui ont déjà pris le chemin du voyage sans retour. Pour terminer je vous suggère un petit jeu de mémoire: Tous les joueurs du Hafia ne sont pas Triples Champions d’Afrique.

Ibrahima Jair Keita pour GCO

GCO-GuineeConakry.Online 

LEAVE A REPLY