Intervenant à la tribune de Sotchi, en Russie, ce 24 octobre 2019, le Chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’Guesso a appelé, ce jeudi 24 octobre 2019, a appelé la communauté internationale à soutenir le Fonds bleu pour le Bassin du Congo.L’attachement de Denis Sassou-N’Guesso à la préservation des écosystèmes n’est plus à démontrer. Comme la paix dans son pays et dans le monde, la protection de l’environnement est un credo pour le congolais. 
Le président Denis Sassou-N’Guesso ne manque pas plaider cette cause, chaque fois qu’il en a l’occasion. Son intervention au sommet de Sotchi, ce 24 octobre 2019, en a donné une preuve supplémentaire. En effet, devant ses pairs africains (une quarantaine) et les dirigeants russes présents au sommet de Sotchi, Denis Sassou-N’Guesso a rappelé la place du Bassin du Congo dans la préservation de l’environnement : « Le Bassin du Congo, a-t-il dit, constitue aussi le deuxième poumon vert de la planète, ce qui en fait un maillon essentiel en matière de protection de l’environnement et de préservation des écosystèmes ».

Aussi, a-t-il lancé un vibrant appel en faveur du Fonds bleu pour le Bassin du Congo, projet qu’il a lancé lors de la COP22, à Marrakech, au Maroc : « J’en appelle à un soutien en faveur du Fonds bleu du Bassin du Congo, outil au service de l’humanité, en termes de régulation climatique ».

Destiné à favoriser le passage des pays du Bassin du Congo d’une économie liée à l’exploitation des forêts à une économie s’appuyant davantage sur les ressources issues de la gestion des eaux, et notamment de celle des fleuves, le Fonds bleu pour le Bassin du Congo répond à de nombreuses exigences dont deux majeures pour cette sous-région d’Afrique: « préserver les forêts de cette zone du continent, deuxième réservoir de carbone du monde, après celui du Bassin d’Amazonie, tout en garantissant un développement économique permettant aux populations de la région d’améliorer leur qualité de vie ».

Miniature de pièce jointe

Le Fonds bleu pour le Bassin du Congo est un fonds international de développement. L’accord portant création de ce fonds a été signé par 12 pays de cette sous-région, le 9 mars 2017, à Oyo, en République du Congo. Il participera notamment à l’amélioration des voies de navigation et de transport et appuiera l’installation de projets hydroélectriques.

Il permettra, par ailleurs, le développement de la pêche et de la pisciculture ainsi qu’il renforcera l’irrigation en vue d’accroître la productivité sur les terres arables dans les savanes.

Miniature de pièce jointe

MIATOLOKA Boryce Agapyth pour GCO

Correspondant particulier de GCO au Congo

GCO Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY