Sur l’axe Kaporo-Dixinn-Donka, en passant par le rond point de BelleVue, en ce troisième jour de manifestation du FNDC, la circulation est fluide, avec cependant même des goulots d’étranglement à Taouya, dans la commune de Ratoma. 

Quelques taxis et motos reviennent dans le paysage urbain, provocant admiration ou étonnement ici et là. Même constat sur l’axe Taouya-Hamdallaye. Embouteillages ? Vocabulaire inconnu ici ! Donka-Madina ? Circulation quasi normale…

L’axe T6-Enta est aussi animé et l’autoroute Fidel Castro reprend des couleurs. Ce troisième reste fidèle aux habitudes guinéennes, où les mouvements de foule dépassent rarement les cinq jours… Les difficultés de la vie quotidienne finissent hélas prendre les citoyens à la gorge ou au ventre.

Alors, progressivement l’on assiste à des désistements et à la sourde reprise des activités courantes. Le travail reprend pour beaucoup et de plus en plus de magasins rouvrent leurs portes, les banques suivent le mouvement avec même un service minimum. D’autres services comprennent que les femmes ne soient encore là au complet, mais on fait avec.

Des établissements scolaires scolaires ont rouvert aussi, mais certains publics qui résident sur les axes mouvementés, hésitent encore.

Sur le plan politique, le dialogue est bloqué et la main tendue du président Alpha Condé, rejetée par les leaders du FNDC dont le jugement de membres arrêtés a commencé ce jour à Conakry, sous haute sécurité.

Le pays est empli de rumeurs sur d’éventuelles négociations, les bonnes volontés nationales et internationales sont à l’oeuvre, mais l’on en sait vraiment peu de choses.

Une adresse du Chef de l’Etat est souhaitée voire attendue… Mais, les interrogations demeurent.

 

 

Léon KOLIE pour GCO

GCO Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY