Dans la ville de la cité des agrumes, la prostitution semble s’envoler. En ce sens que les jeunes filles de 15 à 20 ans, s’adonnent au plus vieux métier que l’humanité ait connu.

Pendant trois jours dans cette belle ville de Kindia, le reporter de guineeconakry.online a constaté que c’est  aux environs de 20 heures que les bars, maquis et boites de nuit sont bondés d’adolescentes enflammées, habillées de façon extravagante, avec des tenues plus érotiques, une manière d’attirer la clientèle.

M’approchant d’une d’elles, connue sous le prénom Fatim, elle m’a laissé entendre que la majeure la partie de ces filles prostituées sont parfois des étudiantes, collégiennes et lycéennes qui viennent chercher le prix de quoi à vivre et faire leurs familles respectives.

Selon elle, «  les prix de satisfactions sexuelles avec les envieux de sexe varient de 30.000 et 100..000 francs guinéens, si c’est juste passer la nuit avec la fille. Mais, je m’en vais vous dire que c’est malgré nous que nous pratiquons ce métier qui d’ailleurs, nous expose à certaines maladies notamment, les IST , le SIDA et tant d’autres. Nous sommes confrontées à une galère extrême ici à Kindia . C’est pourquoi, la seule solution pour résoudre notre problème de galère, c’est le commerce du sexe pour assurer le quotidien ».

La société est interpellée!

Reportage de Léon KOLIE pour GCO

GCO Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY