Le Vice-Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée, Nianga Komata Goumou  a respectivement lancé hier, les travaux de la 35ème réunion statutaire de l’Agence Monétaire de l’Afrique de l’Ouest ‘’AMAO’’ et ceux de la 34ème réunion du collège des superviseurs de la seconde Zone Monétaire de l’Afrique de l’Ouest ‘’ZMAO’’.
Ces réunions statutaires de Conakry sont organisées par le ministère de l’Economie et des Finances, en collaboration avec la Banque Centrale de la République de Guinée, regroupent près de 150 délégués.

« Elles suivent les décisions du Comité Ministériel de la Task Force d’Abidjan tenu en Mai 2019 et permettront d’examiner principalement : l’état de mise en œuvre et les résultats du Programme de Coopération Monétaire de la CEDEAO,  la stabilité des secteurs financiers, les systèmes de paiement de la zone et les taux de change », a souligné le contenu du document de presse relatif à ces réunions de la ZMAO et AMAO.

Dans  son intervention, le Directeur Général de l’AMAO a mentionné que cette rencontre vise à assurer la mise en œuvre des directives des Chefs d’États et de Gouvernement, issues du dernier sommet à Abudja,

Il a ainsi rappelé qu’au cours de ces rendez-vous « d’importantes décisions ont été prises allant dans le sens de la mise en œuvre de l’union monétaire. C’est également une opportunité pour nous de procéder à l’évaluation des états membres par rapport aux critères prescrits ».

Le Premier Vice-gouverneur de la Banque Centrale de Guinée représentant le Gouverneur, Nianga Komata dans son allocution, a souligné que cette rencontre de l’AMAO est marquée par les tensions internationales entre les États Unis et ses partenaires commerciaux et au niveau du continent par la signature de l’accord de la zone de libre échange continentale africaine,  tenue dernièrement au Niger.

Poursuivant, M. Gomou a aussi  dit  que la mise en place réussie de cet accord,  fera de l’Afrique l’un des plus grands marchés  au monde avec un potentiel de 1,2 milliards de personnes.

« Le collège des superviseurs a pour mandat de servir ce forum entre superviseurs  de banque des états membres, pour se concerter et délibérer sur la meilleure façon de superviser les institutions financières et échanger les idées dans le but de développer les meilleures pratiques des supervisions transfrontalières », a conclu le vice-président de la BCRG..

Il faut préciser que cette rencontre de Conakry va permettre aux participants de passer notamment en revue, les questions liées à la supervision transfrontalière, à la relation des correspondances bancaires, aux missions d’inspections conjointes et d’autres points importants.

Léon KOLIE pour GCO 

GCO Copyright © GuineeConakry.Online  

LEAVE A REPLY