Malgré l’annonce de la gratuité de la césarienne en Guinée et les moyens mis à disposition par le chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé lors depuis l’avènement de son premier mandat en 2010, cette décision-surprise du chef de l’Etat  concernant l’état d’accouchement de la femme en Guinée, continue de provoquer certains contrastes au sein du corps soignant des hôpitaux publics.

Interpellée ce jeudi, 08 aout 2019, par une reporter de justinmorel.info , sur ce sujet brulant sur la santé , le directrice de l’Hôpital Donka, Fatou Sikhé Camara a rassuré de la gratuité de la césarienne. Elle a déclaré que pour cette année 2019, 135 milliards de francs guinéens ont été injectés pour l’achat des produits pharmaceutiques en faveur des kits, afin de garantir la gratuité de la césarienne. En insistant sur le fait que «tous ces kits sont mis à disposition des hôpitaux ».

En attendant que cela soit une loi en République de Guinée, Fatou Siké Camara a précisé concernant les femmes : « C’est leur droit d’accéder à la gratuité de la césarienne. Lorsqu’elles arrivent dans nos structures, qu’elles confirment à nous professionnels de santé qu’elles n’ont pas à payer pour la césarienne. Et quel que soit le comportement de chacun, qu’elles  puissent dénoncer. Parce que chacun a sa part de responsabilité ».

Les professionnels de santé ont certes des insuffisances, mais il faut reconnaitre aussi que la population est souvent complice de ces dérives. Pour Fatou Sikhé Camara : « Nous avons l’obligation de respecter cette gratuité « .

 

Léon KOLIE pour GCO

GCO GuineeConakry.Online Copyright © GCO 

LEAVE A REPLY