Dans le souci d’améliorer le système sanitaire guinéen, l’Ordre National de la Médecine Légale (ONAMEL) et la fédération des Associations des Cliniques et Para-clinique de Guinée (ACPG), ont  animé une conférence de presse, ce jeudi 1er aout 2019, à la Maison de la Presse, à Kipé.

Le but de ces deux organismes est de fédérer toutes les structures sanitaires privées en Guinée autour des objectifs, de faire preuve d’union et de solidarité des Structures Sanitaires Privées (SSP), pour accompagner l’Etat Guinéen dans ses interventions sanitaires au bénéfice de la communauté à la base. Offrir les soins gratuits aux couches vulnérables.

A cette occasion, le président de l’ACPG, Dr. Golé Béavogui, a souligné que le développement d’un pays passe par le concours de tous les secteurs d’activités qui le composent. C’est pourquoi, aucun pays au monde ne peut se développer sans l’apport du secteur privé, encore moins d’employer tous les diplômés à la fonction publique d’où la nécessité d’encourager les créations de Structures Sanitaires Privées (SSP) à travers la réforme du système sanitaire privé de notre pays.

« De nos jours, les cliniques privées couvrent environ 75% des consultations des communautés à la base, rien que dans la capitale de Conakry. C’est la médecine de de proximité, d’accès facile. Force est de reconnaitre que les cliniques privées recensées par l’Etat ni les institutions internationales », indique-t-il.

Poursuivant M. Béavogui, a précisé que ces deux organismes sanitaires privés ACPG/ONAMEL accompagnent le gouvernement guinéen dans sa politique de réforme du système santé globale.

« En effet, pour coordonner et harmoniser les stratégies d’interventions des SSP, il est né dans les feux de l’épreuve de la maladie à virus Ebola en 2015 deux organisations non gouvernementales  à but non lucratif et caractère apolitique dénommées fédération des Associations Cliniques, ONG Cliniques et Para-Cliniques évoluant en République de Guinée, en abrégé ACPG/ONAMEL », rappelle-t-il.

Rappelons que l’ACPG et l’ONAMEL depuis 2015, ont recensé de façon non exhaustive, 807 structures sanitaires privées dont 502 dans les 5 communes de Conakry, 200 à la préfecture de Coyah, et 105 à l’intérieur du pays avec une moyenne d’employabilité de 12 prestataires par clinique, soit au total 9.684 emplois directs.

 

Oumar KEITA pour GCO 

GCO GuineeConakry.Online Copyright © GCO

LEAVE A REPLY