Dans un entretien accordé cette semaine à notre rédaction, Alpha Baldé, un membre exécutif du bureau de la  FESABAG, suspendu aussi de son poste au sein de ladite structure syndicale des banques, s’est attaqué violemment à leur secrétaire général, Abdoulaye Sow, l’accusant de vouloir gérer la FESABAG comme une propreté privée. 
Dans son interview, l’interlocuteur a d’abord dit son sentiment de satisfaction. Après la décision du tribunal, nous nous sommes dit que le tribunal a analysé, apprécié et jugé les prétentions qui ont été soumises.

« D’argument en contre argument, le droit a été dit. Et c’est très important. Nous avons toujours cru à  la justice, puisque nous avons été calomniés, et je crois que la justice a rétabli les camarades Makoura Onipogui , Marie Yvonne Coumbassa et moi  dans nos droits suite aux préjudices et aux tords que nous avons subis », a précisé Alpha Baldé .

Selon lui, malheureusement, le général Abdoulaye Sow dont il  ne contestent pas le leadership au sein de la FESABAG, a interjeté appel. Encore une fois, il a raté l’occasion de se remettre en cause. Car, dit-il : « Pourquoi ? Pour le bien-être des travailleurs, c’est bien important. Nous avons fait profil bas, vous n’êtes pas sans savoir qu’au niveau du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), il y a SLECG-bis, au niveau de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG), il y a aussi USTG bis. Tout cela ne donne pas une image forte à notre mouvement et c’est grave. »

« Nous, au sein de la FESABAG, nous avons refusé puisque, la FESABAG, c’est un patrimoine historique qui a été mis en place de haute lutte par feu général Fofana. Donc, on n’a pas voulu trahir  cette légende de notre structure. Donc, on est rentré dans ce cadre », a souligné le syndicaliste.

Sow  a selon lui, raté l’occasion de se rattraper. « Nous, nous n’allons pas le suivre, on va suivre les vœux du général Fofana, c’est-à-dire la FESABAG doit rester une et indivisible ».

C’est pourquoi : « Abdoulaye Sow  doit relire ses cours de droit. Un syndicaliste qui ne maîtrise pas les contours du code de travail, du code civil, du code pénal, c’est un syndicaliste qui expose les travailleurs et c’est très dangereux », a-t-il signalé..

Donc il l’appelle à la maîtrise, la compréhension et à la retenue pour que le monde du travail gagne, a conclu notre interlocuteur.

Léon KOLIE pour GCO 

GCO Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY