Lors  du meeting géant  du chef de file de l’opposition et l’Union des Forces Démocratiques de Guinée ( UFDG), tenue ce dimanche dans la capitale française, devant ses militants et sympathisants, la candidate malheureuse de la dernière présidentielle de 2015, Marie-Madeleine Dioubaté a d’abord invité dans son discours, les députés guinéens à adopter la politique de la chaise vide, au niveau de l’assemblée Nationale pour contraindre le gouvernement à organiser les élections législatives.

S’adressant au chef de file de l’opposition, elle a laissé entendre  qu’« en acceptant votre invitation, à participer à votre meeting, j’ai exprimé le plaisir que j’éprouve à vous retrouver et à reprendre avec vous un dialogue que je me suis toujours efforcé de maintenir. L’accueil que vous nous avez réservés, la qualité de nos premiers entretiens, monsieur le Président, le toast amical, chaleureux que nous avons porté, m’ont touchée profondément, et je tiens à vous en exprimer toute ma reconnaissance ».

Poursuivant, l’ex leader du parti des Verts a également indiqué ceci : « En tant que chef de file de l’opposition, je sais que vous vous battez pour sortir la Guinée d’une situation difficile. Je sais aussi que les choses ne sont pas simples. La vérité c’est que l’opposition Guinéenne est indécise, elle marche en rangs dispersés. Il faut aujourd’hui que tous les leaders politiques de notre pays adoptent le langage de la vérité, du courage et fasse preuve d’humilité à l’égard de l’ensemble de nos compatriotes guinéens qui vivent dans la plus grande misère ».

« Il est donc vital aujourd’hui, que l’opposition se rassemble dans le seul but de faire respecter l’ordre constitutionnel, bafoué à plusieurs reprises, assainir le fichier électoral afin de le rendre fiable, et respecter les calendriers électoraux comme cela se fait dans les vraies démocraties », a dit Marie Madeline Dioubaté.

Selon elle, la société Guinéenne a besoin d’extérioriser le malaise qui la ronge, son mal- être, ses souffrances qu’il faut écouter et guérir. Le dénominateur commun à ce malaise partagé est la misère qui sévit dans tout le pays.

« La pauvreté et les manipulations politiques sont le combustible qui enflamme les braises des mésententes culturelles et/ou historiques, pour que le feu de la division prenne! »,a-t-elle précisé.

Léon Kolié pour GCO

GCO COPYRIGHT © GUINEECONAKRY.ONLINE

LEAVE A REPLY