Dans le but de désamorcer la crise qui mine depuis le 03 octobre dernier, le secteur éducatif guinéen, les  représentants du gouvernement et  du Syndicat Libre des Enseignants de Chercheurs de Guinée (SLECG) se sont encore retrouvés ce jeudi, 18 octobre 2018, pendant cinq heures autour de la table de négociations,  au ministère de la fonction publique.

Mais, lors des échanges, les deux camps  antagonistes n’ont pas trouvé un compromis pour une sortie de crise. Au sortir cette rencontre aussi importante, le deuxième secrétaire général adjoint du SLECG, Oumar Tounkara a déclaré devant un parterre de journalistes, qu’après plusieurs heures de négociations, les lignes n’ont pas encore bougé.

« Nous demandons au président de la république de Guinée Alpha Condé de s’impliquer dans les négociations pour une sortie de crise dans le système éducatif. C’est le meilleur cadeau qu’il peut donner aux enseignants pour la fin de l’année 2018. Nous sommes prêts à poursuivre les négociations avec la partie gouvernementale, à n’importe quelle heure. Mais pour le moment la grève continue jusqu’à la satisfaction de nos revendications », a indiqué le deuxième secrétaire général adjoint du SLECG, Oumar Tounkara.

Du coté des représentants du gouvernement, personne n’a voulu se  prêter aux préoccupations des journalistes, au sortir de la salle de négociations.

Léon KOLIE pour GCO

GCO  Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY