Plusieurs activistes de la société civile ont répondu massivement hier jeudi à l’appel au sit-in du Balai citoyen devant la cour constitutionnelle, pour dénoncer « le putsch » en cours contre Kéléfa Sall, le président de l’institution .

Alors que tout semblait se passer normalement, les policiers ont fait une descente musclée et à l’aide de gaz lacrymogènes ont dispersé la foule de manifestants.

Scandant des slogans hostiles aux conseillers frondeurs de la Cour et à la démarche en cours au sein de l’institution; syndicats, politiques et activistes se sont vus gazer après plusieurs minutes de sit-in, occasionnant une débandade généralisée n’épargnant personne, même pas les leaders politiques.

Très choqués par l’attitude des forces de l’ordre, certains politiciens et activistes se disent désormais déterminés à aller jusqu’au bout: « Nous sommes aujourd’hui dans un pays qui use de toutes les forces qu’il faut, pour pouvoir brutaliser les citoyens qui essayent de réclamer leurs droits les plus élémentaires. Mais ce qui est clair, c’est le début du combat, on ne lâchera pas » menace Nestor Kagbadouno de l’UGDD.

Pour Faya Milimono du Bloc Liberal, il n’est pas question de faire machine arrière, car la survie de la démocratie en dépend : « Si nous reculons devant la Gendarmerie ou la Police, car la survie de la démocratie en dépend. Nous allons continuer à vivre dans une République bananière, si nous ne résistons pas !»

Momo SOUMAH pour GCO

GCO  Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY