Lundi dernier,  au quartier Belle-vue, les leaders des partis politiques et de la société civile guinéenne étaient réunis d’urgence dans le but d’unir leurs stratégie de force pour empêcher les huit frondeurs de la plus haute cour de juridiction du pays, de procéder ce jeudi, 26 septembre 2018, à une élection pour trouver un successeur de Kélèfa Sall.

Au cours de cette importante rencontre, plusieurs plateformes de la société civile et des partis politiques ont conclu la stratégie de manifester très tôt ce jeudi matin devant les locaux de la Cour constitutionnelle, pour  empêcher ces huit commissaires de procéder à cette élection.

Tandis que le président du CNOSCG, Dr Dansa Kourouma sollicite des médiations plus responsables entre les deux camps, pour une sortie de crise plus paisible, au lieu d’une manifestation qui selon lui, pourrait déboucher sur des arrestations, des blessés et peut-être même des pertes en vie humaine.

« Le CONOSCG est une  plateforme de la société civile responsable et digne de nom  qui se veut dans toute crise quelconque un dialogue plus rassurant pour en trouver des solutions au lieu d’opter pour des manifestations non sensées », a déclaré Dr Dansa Kourouma devant un parterre de journalistes.

Quant au chef de file de l’opposition et leader de l’UFDG, Cellou Dalein, « il reste et demeure qu’avec la PCUD, la Cellule Balai  Citoyen et d’autres structures de la société civile, nous allons fortement manifester demain  devant les locaux de la Cour constitutionnelle pour empêcher cette élection de ses huit frondeurs  qui veulent mettre en feu notre jeune démocratie ».

Une synthèse de GCO     

GCO  Copyright © GuineeConakry.Online    

LEAVE A REPLY