La sortie inopinée du Premier ministre sur la négociation autour des huit millions de salaire pour les enseignants, semble faire des vagues. La déclaration de Kassory Fofana selon laquelle il n’est pas possible de rehausser le salaire des enseignants à 8 millions, a vraiment irrité Aboubacar Soumah. Le secrétaire général du SLECG, qui a aussitôt réagi avec des menaces, allant jusqu’à remettre en cause la prochaine ouverture des classes.

L’intrépide Aboubacar Soumah a déclaré en réaction à cette annonce de Kassory « qu’il n’y aura pas d’ouverture des classes sans les huit millions ».  Le secrétaire général du SLECG a en substance laissé entendre que la déclaration du Premier ministre est un pied-de-nez à l’endroit des négociations en cours ».

Il accuse le gouvernement de Kassory Fofana qui, selon lui, non seulement a déclaré qu’ils n’ont pas un franc de plus à donner aux enseignants, mais également de vouloir saboter l’action du SLECG, en parrainant la création de structures syndicales parallèles.

Si la menace venait à être mise en exécution, le report de la rentrée des classes de septembre à octobre, n’aura pas empêché ce que l’ensemble des acteurs  du système éducatif craignent, et qui a sans doute pesé dans le choix de la date du 3 octobre 2018.

Mamadou Aliou DIALLO pour GCO

GCO  Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY