Face à la création d’un nouveau syndicat des enseignants parallèle à celui  du SLECG, le meneur de la grève du 12 février dernier, Aboubacar Soumah, dans une déclaration faite hier mardi au siège de sa structure syndicale, a affirmé que « si nous n’avons pas gain de cause par rapport les huit millions, pas d’ouverture des classes le 3 octobre prochain ».

«Nous avons dit que compte tenu de la déclaration du Premier ministre par rapport au non paiement des huit millions et du fait qu’ils sont en train de créer d’autres syndicats, dans le but de nous contrecarrer, les membres de nos structures à la base décident qu’il n y aura pas d’ouverture tant qu’on n’obtiendra pas gain de cause par rapport aux  huit millions que nous avons demandés», indique le Secrétaire Général, Aboubacar Soumah.

A rappeler que lors de son passage sur les ondes de la télévision nationale la semaine dernière, le Premier ministre avait déclaré  qu’il est impossible d’accéder à la demande de ce syndicat de porter le salaire de base des enseignants à huit millions de francs guinéens.

Léon KOLIE pour GCO

GCO  Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY