Les travailleurs du groupe de presse ‘’ Chérie FM-TATV’’ ont fait un sit-in hier lundi devant les locaux de la station située dans la cité chemin de fer à Kaloum pour dénoncer haut et fort la décision unilatérale de leur patronne Chantal Cole, qui refuse de payer intégralement leurs  salaires.

Dans une déclaration,  le porte-parole du collectif des travailleurs du groupe de presse ‘’ Chérie FM-TATV’’, Saa Yombouno, a indiqué que depuis le mois de juin 2018, le groupe de presse SGI, traverse une crise qui tarde encore à trouver solution.

«Tout est parti de la décision unilatérale de la PDG Madame Chantal refusant de payer le salaire entier de ses employés, sans aucun motif et sans tenir compte de la conjoncture économique que traverse le pays. Cette décision qu’elle a prise à la fin du mois de mai, elle la réitère le mois suivant, mettant en colère une nouvelle fois encore les employés », a indiqué le porte-parole du collectif des travailleurs du groupe de presse ‘’ Chérie FM-TATV’’, Saa Yombouno.

Il a ensuite dit que le 15 juillet 2018, journalistes animateurs et techniciens se sont réunis pour se pencher sur question. Il a été décidé de revendiquer le paiement des reliquats de ces deux mois. « L’information a été remontée aux cadres de direction qui se sont engagés à transmettre à leur tour le message à la première responsable de SGI Médias. Ce qui n’a pas été fait », a-t-il dit.

Saa Yombouno a souligné qu’à  la fin du mois de juillet Madame Chantal Cole, décide cette fois de payer les100℅ des salaires mais en défalquant ce qu’elle qualifie « d’absence de ces agents.

«Les employés décident eux aussi d’aller à l’affront. Une autre réunion est organisée le 20 août 2018, alors qu’ils n’étaient pas encore payés. L’information est cette fois-ci remontée à la PDG », a signalé le porte-parole dans la déclaration.

Selon lui, malheureusement Madame Cole n’accepte pas encore d’obtempérer. Au lieu de chercher à résoudre le problème, la PDG de SGI Médias préfère plutôt réclamer son matériel de travail aux JRI.

« Il aura fallu une pression énorme à travers un préavis de grève, pour qu’elle cède en s’engageant à payer les reliquats des mois de mai et de juin et le salaire entier du mois de juillet. Jusqu’au dimanche 2 septembre 2018 des employés disaient encore n’avoir reçu tout le montant qui leur est destiné », a expliqué le porte-parole du collectif des travailleurs du groupe de presse ‘’ Chérie FM-TATV’’.

Au finish, il a aussi noté qu’ils vont s’opposer à la fermeture de son entreprise, pourvu qu’elle les indemnise conformément au code de travail.

A noter qu’au cours de cette rencontre, le syndicat de la Presse Professionnelle de Guinée SPPG, a marqué sa présence, en soutenant la grogne des employés du groupe de presse.

Pivi BILIVOGUI pour GCO

GCO Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY