La marche des forces Sociales de Guinée a été empêchée hier mardi,  au rond point de la Tannerie, par les agents de la Compagnie Mobile d’Intervention de Sécurité (CMIS), pendant qu’elle était interdite par le gouverneur de la ville de Conakry, le général Mathurin Bangoura.

A cet effet, joint ce mardi, 24 juillet 2018, par justinmorel.info, le président du Conseil National des Organisations de la Société civile Guinéenne (CNOSCG), Dr Dansa Kourouma a déploré la répression qui s’est abattue sur des manifestants mobilisés lundi au rond-point de la Tannerie pour exiger la baisse d prix du carburant à la pompe.

Dr Dansa Kourouma, le président du CNOSCG,  a franchement condamné les agissements des forces de l’ordre et estimé qu’elles sont en déphasage avec la loi: «Quand une autorité légitime  prend une décision illégale, le peuple n’est pas obligé de se soumettre. Nous avons été informés moins de 24h de la manifestation  alors que le délai légal en la matière  est de 48h. Notre manifestation était pacifique, il n’y a pas de risques de troubles à l’ordre public » Selon lui, les leaders de la société civile guinéenne compte battre le rappel des troupes en définissant de nouvelles stratégies.

«La brutalité par laquelle nous avons été assiégés  par les forces de sécurité nous oblige à changer de stratégies. Le mouvement ne peut pas être tué dans l’œuf dans la mesure où c’est une aspiration légitime du peuple », a noté l’activiste de la société civile. Il a aussi laissé entendre que « la société civile est infiltrés déjà, on ne va pas se vendre sur un plateau d’or ».

 

Léon KOLIE pour GCO

GCO  Copyright © GuineeConakry.Online

LEAVE A REPLY